newsletter - décembre 2020

Le mois de décembre vient clôturer cette année en tous points de vue déroutante. Le Brexit, les élections américaines, le virus, semblent maintenant presque faire partie du passé. 2020 n’a finalement n’a pas été si catastrophique que cela et les marchés semblent désormais prêts à accueillir à bras ouverts l’année 2021. L’ensemble des places de marché finit ainsi ce mois en territoire positif. Attention néanmoins aux changes avec un dollar qui continue de s’affaiblir face à l’euro. L’EUR/USD clôture le mois au-dessus de 1,22 et pourrait avoir un impact sur les sociétés exportatrices européennes. 

Tops

  • Accord trouvé sur le Brexit.

  • Plan de relance de près de 900 milliards de dollars en Amérique. 

  • Extension du programme de rachats d’actifs de la BCE.

  • De plus en plus de vaccins font leur apparition.

flops

  • Découverte d’une nouvelle souche du virus au Royaume-Uni.

  • Retour du confinement au Royaume-Uni.

  • Incertitudes autour des programmes de distribution des vaccins.

L'ALLOCATION TACTIQUE

PRINCIPALES CLASSES D'ACTIFS

Actions Zone Euro Petites Cap.

Actions Marchés Emergents

Actions Zone Euro Moyennes Cap.

Actions Zone Euro Grandes Cap.

Actions France Grandes Cap.

Actions Etats-Unis Gdes Cap. Mixte

Obligations EUR Long Terme

Obligations EUR Emprunts Privés

Obligations Marchés Emergents

PERFORMANCES DU MOIS

5,8%

4,4%

3,8%

2,2%

2,0%

0,9%

0,2%

0,2%

0,1%

VOLATILITÉ (3 ANS)

21,6%

17,3%

23,2%

24,1%

25,5%

20,6%

10,5%

4,5%

9,0%

ACTIONS : De bon augure pour 2021…

 

Après une année turbulente, le calme se fait enfin ressentir sur les marchés. L’ensemble des indices finit ce mois dans le vert. Les marchés émergents (+4,4%) connaissent la meilleure performance. L’Europe affiche une performance de +2,2% tandis que les Etats-Unis (+0,9%) restent en retrait (effet de change compris).

En Europe, les secteurs cycliques tels que les matériaux (+5,76%) et la consommation discrétionnaire (+5,14%) tirent leur épingle de jeu sur le mois. Le secteur technologique quant à lui finit en hausse de +5,32%. Seuls les secteurs plus défensifs comme les télécommunications (-0.18%) et la santé (-0,24%) terminent en territoire négatif. 

Les valeurs dites de « croissance » (sociétés dont la croissance des bénéfices est supérieure à celle du marché) reprennent le dessus sur les valeurs dites « value » (actions décotées, délaissées par le marché) après une forte rotation sectorielle en novembre. Le style croissance (+2,92%) surperforme donc à nouveau le style value (+1,72%). 

 

Les petites capitalisations (+5,8%) continuent de surperformer les grandes (+2,2%) pour le 9ème mois d’affilée. 

OBLIGATIONS : Un plan de relance américain colossal. 

 

Le plan de relance américain de 900 milliards entraîne un regain d’appétit pour les actifs risqués et donc une sortie relative des actifs obligataires. Le 10 ans américain est ainsi en hausse de +0,074% sur le mois et atteint +0,918%. En Europe, les taux font du sur place. Le 10 ans français (-0,02%) et le 10 ans allemand (-0,004%) atteignent ainsi respectivement -0,372% et -0,605%. 

Du côté des obligations d’entreprises, les primes de risque de crédit (sur rendement des obligations d’entreprises) se sont contractées sur le segment risqué du « High Yield » et sur le segment plus sécuritaire de l’ « Investment Grade ». 

MATIERES PREMIERES : Tout ce qui brille n’est pas forcément de l’or… 

 

L’affaiblissement continu du billet vert combiné au retour de la demande ont boosté les métaux précieux sur ce mois. L’argent termine ainsi ce mois de décembre en fanfare avec une hausse de +16,90%, après une année exceptionnelle (+47,38%). L’or, de son côté, finit le mois à +6,41%. Les métaux de base tels que le cuivre (+2,36%), le nickel (3,33%) et le zinc (-1%) affichent une accalmie après une forte hausse en novembre.

Malgré une année mouvementée pour le pétrole, la lente reprise de la consommation et les efforts maintenus de l’OPEP paient en cette fin d’année. Le WTI américain et le Brent de mer du Nord finissent ce mois à respectivement +7,01% et +8,85%. Le fioul quant à lui est en hausse de +8,88%. 

Le gaz naturel continue de corriger (-11,90%) après son rallye du mois d’octobre. 

MACRO éCONOMIE

actuel
+3 mois
tendance
commentaires

états-unis

Confiance des entreprises - PMI

Confiance des consommateurs

Léger essoufflement

Retour sur les points bas de mars/avril

europe

Confiance des entreprises - PMI

Confiance des consommateurs

Accélération de la croissance du manufacturier

La confiance des consommateurs remonte plus vite que prévu

pays émergents

Confiance des entreprises - PMI

• La Chine et l'Inde marquent le pas après un rebond impressionnant

En Europe, la croissance du secteur manufacturier s’est accélérée en cette fin d’année, poussée par l’Allemagne. Aux Etats-Unis, les nouvelles commandes et la production restent importantes mais les indicateurs marquent le pas. En revanche, la persistance du virus érode la confiance des consommateurs. Du côté des marchés émergents, malgré un ralentissement, la production continue de croître en Chine. L’offre et la demande dans l’industrie manufacturière restent fortes. 

Globalement, l’optimisme semble de retour. La macro-économie continue de surprendre à la hausse et la confiance des entreprises s’intensifie. 

Préconisations

général

La macro-économie continue de rebondir avec l'arrivée des vaccins contre le coronavirus. Les liquidités sont abondantes et des taux d'intérêts à 0% militent pour des classes d'actifs à risque. Les soutiens monétaires et budgétaires sont puissants. Attention, positon très consensuelle.

CONCLUSION : positif mais attention au consensus

actions

Préférence pour l'Asie et l'Europe

Diversification autour de :

  • Value/cycliques pour profiter d'une éventuelle reprise en V et de valorisations dépréciées

  • Santé & Digital pour se positionner sur les gagnants de demain

  • Environnement (plans de relance)

  • Petites capitalisations

obligations souveraines

Pays développés > rester à l'écart

Pays émergents : rendements attractifs mais le segment est plus fragile que celui des pays développés donc risqué en temps de crise

obligations entreprises

Les primes de crédit redeviennent trop faibles pour compenser le risque

Préférence pour le BBB et le BB.

matières premières

Tensions géopolitiques + Coronavirus + Taux de rendement réels négatifs = environnement favorable à l'or.

Les plans de relance massifs sont positifs pour l'or

à surveiller

EUR/USD

La hausse de l’euro face au dollar pourrait impacter les sociétés exportatrices européennes. La BCE va-t-elle réagir ? 

 

Virus

La nouvelle souche anglaise va-t-elle pouvoir être contenue ?

Vaccin

Quels pays profiteront le plus des politiques de distribution du vaccin ?

Etats-Unis

Quid des premières décisions de Joe Biden, d’autant plus après la victoire au Sénat ?  

Avertissement

Ce document est exclusivement réservé à la clientèle de Omega Patrimoine. Il ne constitue en aucun cas un conseil d'achat ou de vente. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Il n'existe pas d'actif garanti.

CONTACT 

9 square Moncey

75009 Paris

+33(1) 45 61 28 19

© Omega Patrimoine