newsletter - janvier 2021

Après un bon début d’année, les marchés sont rattrapés par les incertitudes liées au déploiement des vaccins. Les pays d’Asie du Nord comme la Corée ou la Chine, moins touchés par la crise sanitaire, continuent de profiter de la reprise. Les places de marché finissent ainsi ce mois avec des performances mitigées. A noter du mouvement sur les changes avec un dollar qui se renforce face à l’euro. L’EUR/USD clôture le mois en dessous de la barre fatidique des 1,20.

Tops

  • Politiques monétaires toujours très accommodantes.

  • Plan de relance américain de 1900 milliards de dollars (10% du PIB).

  • Franche diminution du potentiel de nuisance de Donald Trump.

flops

  • Arrivée de plusieurs variants du coronavirus (brésilien, sud-africain, britannique).

  • Incertitudes liées au déploiement des vaccins. 

  • Mise en place de nouvelles mesures de restriction.

L'ALLOCATION TACTIQUE

PRINCIPALES CLASSES D'ACTIFS

Actions Marchés Emergents

Actions Zone Euro Petites Cap.

Actions Zone Euro Moyennes Cap.

Actions Etats-Unis Gdes Cap. Mixte

Obligations EUR Emprunts Privés

Obligations Marchés Emergents

Actions Zone Euro Grandes Cap.

Actions France Grandes Cap.

Obligations EUR Long Terme

PERFORMANCES DU MOIS

3,9%

2,2%

0,5%

0,4%

-0,1%

-0,2%

-1,1%

-1,9%

-1,9%

VOLATILITÉ (3 ANS)

17,2%

20,3%

21,5%

17,9%

4,4%

9,0%

24,2%

22,3%

10,6%

Ces performances tiennent compte du risque de change. Elles sont exprimées pour un investisseur européen.

ACTIONS : Un départ précipité

 

Après un bon début d’année, les incertitudes liées au déploiement des vaccins ont repris le dessus. Les indices finissent ainsi le mois avec des performances mitigées. Les marchés émergents (+3.9%) tirent leur épingle du jeu. Les Etats-Unis (+0.4%) s’en sortent mieux que l’Europe (-1.1%), notamment grâce à la bonne performance du dollar. 

 

En Europe, le secteur de la technologie établit la meilleure performance (+2.32%). Dans les secteurs cycliques, les performances sont nuancées. En effet, le secteur de l’énergie (+2.02%) offre une bonne performance sur le mois (montée du pétrole) tandis que les secteurs de la finance (-2.78%) et de la consommation discrétionnaire (-2.07%) ont souffert des incertitudes liées aux vaccins. 

 

Les valeurs dites de « croissance » (sociétés dont la croissance des bénéfices est supérieure à celle du marché) continuent de reprendre le dessus sur les valeurs dites de « value » (actions décotées, délaissées par le marché) après une forte rotation sectorielle en novembre. Le style croissance (-0.7%) surperforme donc à nouveau le style value (-1%). 

 

Les petites capitalisations (+2.2%) continuent de surperformer les grandes (-1.9%) pour le 10ème mois d’affilée en Europe. 

OBLIGATIONS : Un plan de relance américain encore plus massif que prévu…

 

Le plan de relance américain de 1900 milliards de dollars, soit 10% du PIB, entraîne des tensions sur le marché américain. Le 10 ans américain progresse ainsi de +0.155% pour se loger à +1.136%. La tendance est la même en Europe. Le 10 ans allemand (+0.055%) et le 10 ans français (+0.079%) se placent respectivement à -0.456% et -0.239%. 

 

Du côté des obligations d’entreprises, les primes de risque obligataire sont restées stables sur le mois. 

MATIERES PREMIERES : L’Argent ne fait pas le bonheur… sauf celui des investisseurs !

 

L’argent progresse de +9.12% sur le mois, touché par la même frénésie spéculative que certaines actions américaines (Gamestop). A l’inverse, l’or (-2.36%) souffre de la remontée des taux et du renforcement du billet vert. 

 

Le pétrole continue d’être stimulé par une reprise de la demande. De plus, lors d’une réunion de l’OPEP+ (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole), l’Arabie Saoudite a annoncé la réduction volontaire de sa production de pétrole. Ainsi, le WTI américain et le Brent de mer du Nord s’adjugent respectivement +7.58% et +7.88%. Le fioul est également en hausse de +8.41%. 

 

Du côté des métaux de base, le nickel progresse de +6.56% tandis que le zinc marque le pas (-6.46%). 

MACRO éCONOMIE

actuel
+3 mois
tendance
commentaires

états-unis

Confiance des entreprises - PMI

Confiance des consommateurs

Reprise robuste dans les services et le manufacturier

Léger rebond de la confiance des consommateurs mais sur des niveaux bas

europe

Confiance des entreprises - PMI

Confiance des consommateurs

Contraction du secteur des services

Les mesures de restriction pèsent sur la confiance des consommateurs

pays émergents

Confiance des entreprises - PMI

• La Chine continue de marquer le pas tandis que l'Inde affiche un rebond. A noter un retournement baissier des indicateurs au Brésil.

Aux Etats-Unis, la confiance des entreprises continue de s’intensifier, que ce soit dans les services ou dans le manufacturier. En Europe, tandis que le secteur manufacturier est toujours en expansion malgré un ralentissement, le secteur des services se contracte. De plus, la persistance du virus continue d’éroder la confiance du consommateur. Ce point est primordial car sans confiance du consommateur point de consommation. Or l’épargne forcée accumulée durant la crise doit être dépensée pour que le rebond économique tant attendu se matérialise. Du côté des émergents, la Chine marque le pas avec des entreprises affichant la plus faible augmentation d’activité depuis 9 mois. A l’inverse, les indicateurs avancés continuent de rebondir en Inde, tirés par de nouvelles commandes et une accélération de la production. A noter une chute des indicateurs avancés au Brésil associée à une baisse de l’activité. 

 

Au 4ème trimestre, le PIB Européen se contracte de -0.5%, marqué par de nouvelles mesures de restriction. Le PIB rebondit légèrement aux Etats-Unis (+1%). En revanche, le rebond est très fort dans certains pays émergents, notamment l’Inde (+21.9%), l’Afrique du Sud (+13.5%) et le Brésil (+7.7%). De son côté, la Chine (+2.6%) a continué de profiter de la reprise. 

Préconisations

général

La macro-économie continue de rebondir avec l'arrivée des vaccins contre le coronavirus. Les liquidités sont abondantes et des taux d'intérêts à 0% militent pour des classes d'actifs à risque. Les soutiens monétaires et budgétaires sont puissants. Attention, positon très consensuelle.

CONCLUSION : positif mais attention au consensus

actions

Préférence pour l'Asie et l'Europe

Diversification autour de :

  • Value/cycliques pour profiter d'une éventuelle reprise en V et de valorisations dépréciées

  • Santé & Digital pour se positionner sur les gagnants de demain

  • Environnement (plans de relance)

  • Petites capitalisations

obligations souveraines

Pays développés > rester à l'écart

Pays émergents : rendements attractifs mais le segment est plus fragile que celui des pays développés donc risqué en temps de crise

obligations entreprises

Les primes de crédit redeviennent trop faibles pour compenser le risque

Préférence pour le BBB et le BB.

matières premières

Tensions géopolitiques + Coronavirus + Taux de rendement réels négatifs = environnement favorable à l'or.

Les plans de relance massifs sont positifs pour l'or

à surveiller

Vaccin

Les vaccins seront-ils efficaces contre les nouvelles souches du virus ?

Inflation

La reprise entrainera-t-elle une hausse de l’inflation ? 

Etats-Unis

Quelles seront les mesures prises par les démocrates ?

Avertissement

Ce document est exclusivement réservé à la clientèle de Omega Patrimoine. Il ne constitue en aucun cas un conseil d'achat ou de vente. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Il n'existe pas d'actif garanti.

CONTACT 

9 square Moncey

75009 Paris

+33(1) 45 61 28 19

© Omega Patrimoine